CollectionsEthique & écritureRécits d'expérience : Tome 3
9782363924193.jpg

Paru le:  26-03-2021

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-419-3

Ean:  9782363924193

Prix:  16 €

Caractéristiques: 
180 pages

Genre:  Essai

Thème:  Scienceshumaines

Thèmes associés: 

4dcabecedaire.jpg

Abécédaire de la déconstruction

L’archéologie prend pour objet de sa description ce qu’on tient habituellement pour obstacle

0273leo-hqm-photo-jbrappins.jpg

Habilité à Diriger les Recherches, Baptiste Rappin est Maître de Conférences à l’IAE Metz School of Management (Université de Lorraine) où il enseigne la philosophie du management. Il mène par ailleurs ses recherches dans le cadre de l’Institut d’Histoire de la Philosophie d’Aix-en-Provence.

Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Michel Foucault : tels sont certainement des noms qui résonnent à l’oreille de nos contemporains. Et il s’agit, en effet, des philosophes les plus connus d’un courant de pensée que l’on peut raisonnablement qualifier de « déconstruction ». Toutefois, loin de se limiter à l’étude de ces trois figures, cet Abécédaire de la déconstruction aborde également les idées et les concepts développés par Maurice Blanchot, Roland Barthes, Jacques Rancière, Jean-Luc Nancy, Giorgio Agamben, Judith Butler et par bien d’autres encore. C’est le succès rencontré par la déconstruction dans les milieux intellectuels, tant à l’Université que dans la sphère politico-médiatique, qui se trouve à l’origine de cet ouvrage.

«La déconstruction n’est pas, ne devrait pas être seulement une analyse des discours, des énoncés philosophiques ou des concepts, d’une sémantique, elle doit s’en prendre, si elle est conséquente, aux institutions, aux structures sociales et politiques, aux tra-ditions les plus dures; et, de ce point de vue-là, comme aucune décision architecturale n’est possible qui n’implique une poli-tique, une mise en jeu d’investissements économiques, techniques, culturels et autres... une déconstruction effective, disons radicale, doit passer par l’architecture» (Jacques Derrida, Points de suspen- sion, Paris, Les Éditions de Minuit, «Critique», 1992, p. 227).