CollectionsHistoires & DestinéesDu ghetto au maquis (1705 - 1944)
0525LEO-AL-CRN-1DC

Paru le:  20-01-2021

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-430-8

Ean:  9782363924308

Prix:  20 €

Caractéristiques: 
244 pages

Genre:  Sciences Humaines

Thème:  Essais

Thèmes associés: 

0525LEO-AL-CRN-4DC

Critique de la raison narrative

Le récit dans l'ère digitale

C’est justement l’abandon du discours critique qui marque la transition vers la science.

Agrégé d’italien, Alessandro Leiduan est maître de conférences à l’université de Toulon. Il a récemment publié aux éditions Ovadia Umberto Eco et les théories du complot. Contre le complotisme. Au-delà de l’anticomplotisme (2019)

Les narratologues se sont octroyé un domaine de recherche exceptionnel: l’étude du récit dans toutes ses variantes possibles et imaginables. L’étendue de ce domaine est virtuellement infinie, dès lors qu’on peut y englober tant les récits factuels (de nature historiographique ou journalistique) que les récits fictionnels sous toutes leurs formes (à savoir un éventail de textes allant des fictions intemporelles du patrimoine littéraire classique aux plus récentes expérimentations de l’imaginaire transmédiatique digital). Le récit étant un fait universel, attesté sous toutes les latitudes géographiques et historiques, la discipline universitaire qui en a pris en charge l’étude, la narratologie, aurait eu la possibilité d’exercer une force d’attraction puissante sur toutes les autres disciplines universitaires travaillant sur des corpus narratifs ou para-narratifs, en leur fournissant des outils méthodologiques fiables et efficaces pour explorer tous les méandres du «cosmos» narratif balisé par les textes pris en examen.

L’imaginaire fictionnel n’est plus aujourd’hui ce qu’il était autrefois. La révolution digitale a tout bouleversé. Le capitalisme aussi. Longtemps monomédiatiques, les fictions n’ont plus nécessairement le statut d’«œuvres uniques», elles forment de plus en plus des constellations transmédiatiques, gravitant autour d’une même idée séminale (un personnage, un scénario…), qui migre d’un média à l’autre, parfois d’un genre à l’autre, à la faveur d’un régime expressif fondé sur le panachage des codes, des langages et des activités imaginaires (transmedia storytelling). Face à cet univers, nous aurions pu choisir de nous enfermer dans la tour d’ivoire de nos certitudes anachroniques et de continuer à parler de la fiction comme si rien ne différenciait sa forme actuelle de celle d’antan. Ou bien nous aurions pu choisir de magnifier les nouveaux visages de la fiction en moulant nos catégories descriptives sur la nature de leurs avatars dernier cri. Nous avons choisi une tout autre voie. Problématiser le sens de la fiction et, avec lui, le sens de la discipline consacrée à son étude: la narratologie.