CollectionsChemins de penséeLa morale sans peine
27-BV-LaMoraleSansPeine-1DC

Paru le:  26-09-2008

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  2-915741-22-0

Ean:  9782915741223

Prix:  12 €

Caractéristiques: 
117 pages

Genre:  Philosophie

Thème:  Philosophie

Thèmes associés: 

27-BV-LaMoraleSansPeine-4DC

La morale sans peine

Réciproquement, l’humanité n’existe que par les personnes concrètes qui la constituent.

Bruno-Viard-NB

Bruno Viard, professeur de Littérature Française à l'université de Provence. Dix-neuvièmiste et vingtièmiste, il croise l'étude littéraire avec la psychologie, la sociologie et la philosophie politique. Il est membre du comité de rédaction de la Revue de Psychologie de la Motivation et de la Revue du MAUSS.

La personne singulière n’existe pas sans l’espèce humanité qui lui donne la vie. Chacun est donc uni à tous par un lien organique naturel. Le sexe et le nombril sont les marques physiques de cette appartenance. Tandis que le cordon phallique relie le masculin et le féminin, le cordon ombilical relie les générations. Avec sa trame et sa chaîne, l’humanité est donc comme un tissu qui se déploie dans l’espace et dans le temps. Sans humanité, pas d’individus.

Notre époque ne supporte plus la morale. Elle la réclame de toute part. Ce livre tente de surmonter cette contradiction dans un langage accessible au lecteur sans expérience. Il expose ensuite les sources et les présupposés de la morale sans peine.
L'auteur a voulu parcourir tout le prisme des relations humaines de l'échelle psychologique à l'échelle sociale et politique.
Par différence avec plusieurs morales pénibles, qu'elles soient chrétiennes ou communistes, qui demandaient trop à l'homme, la morale sans peine veut répondre aux injonctions diverses de notre siècle. Elle veille à ne pas demander à l'homme plus qu'il ne peut donner. Elle s'enracine pour cela dans une hypothèse psychologique méconnue, non freudienne, celle de Paul Diel coordonnée aux découvertes politiques de Pierre Leroux et sociologiques de Marcel Mauss.
Elle propose une réconciliation de l'altruisme et de l'égoïsme au nom d'un égoïsme conséquent, et trouve son chemin en revisitant les termes de la triade républicaine. Le pari est de jeter un pont entre psychologie et politique.