CollectionsChemins de penséeLa philosophie en ton mineur
0598LEO-BH-LRDLM-1DC

Paru le:  31-10-2022

Editeur:  Les éditions Ovadia

Isbn:  978-2-36392-105-5

Ean:  9782363921055

Prix:  28 €

Caractéristiques: 
272 pages

Genre:  Sciences Humaines

Thème:  Essais

Thèmes associés: 

0598LEO-BH-LRDLM-4DC

Les ruses de la marchandise

«Les signes sont spécifiques et constituent la matière de tel ou tel monde […] l’unité de tous ces mondes est qu’ils forment des signes émis par des personnes, des objets, des matières...

Est philosophe et professeur à l’ESCP Business School. Il développe depuis trente ans une réflexion sur la culture matérielle, le design et les marques en prenant le parti des humanités. Son travail est traduit en une dizaine de langues.

La marchandise a pris le pouvoir dans nos vies. Elle éprouve notre capacité à nous émouvoir, à nous indigner et à nous intégrer dans un corps collectif réagissant aux impulsions de l’extérieur. C’est pourquoi notre rapport aux biens marchands entrelace le désir, le pouvoir, la séduction, la tromperie...mais aussi l’amitié et l’amour. Cet ouvrage s’intéresse aux différents visage de la mètis marchande, forme d’intelligence et de pensée qui implique un ensemble complexe d’attitudes mentales et de comportements combinant le flair, la sagacité, la feinte, et les habiletés diverses. Qu’il s’agisse de la mode, du luxe, de l’addiction à l’achat ou des pouvoirs de l’objet, il passe en revue ces différents sortilèges dont use la marchandise pour se jouer de nous grâce à de multiples machines de féerie.

L’économie des marques s’est véritablement mise en place au milieu du xixe siècle pour permettre aux industriels de transformer des marchés de vrac et de commodité en des marchés de produits à plus forte valeur ajoutée. L’histoire du marché est celle de la lente annulation de la valeur d’usage des marchandises au profit de la glorification de leur valeur de signe. Pour devenir un objet de consommation, l’objet doit nécessairement se transmuer en un système de significations si bien que la consommation induit donc la transformation d’une substance matérielle en substance signifiante.